Musique sacrée – textes magistériels

Les textes magistériels sur la musique sacrée sont très mal connus. Hormis le fameux motu proprio de St-Pie X, on connaît un peu le « Chirographe » de Jean-Paul II, qui se rapporte au précédent. Mais c’est tout. Or le XXe siècle aura connu six documents magistériels sur la musique sacrée et quelques allocutions :

  • 1903 – St-Pie X : motu proprio  » Tra le sollecitudini « . Curieusement ce document est référencé en italien. L’usage habituel préfèrerait l’incipit latin  » Inter pastorales officii « .
    L’importance de ce document est primordiale comme le dit St-Pie X lui-même :  » Nous voulons qu’il lui soit donné force de loi et Nous en imposons à tous, par le présent acte, la plus scrupuleuse observation « . Mais là où on s’y réfère par tradition, est-on bien certain de l’appliquer scrupuleusement ? On pense notamment aux carnets de chants, où le motu proprio est fort oublié…
  • 1955 – Pie XII : encyclique «  Musicæ Sacræ Disciplina  » : traite des différents genres de musique sacrée et des critères qui les définissent.
  • 1958 – Sacrée Congrégation des Rites : instruction  » De Musica Sacra  » : reprécise les usages en matière de musique sacrée selon les genres et certaines circonstances.
  • 1967 – Sacrée Congrégation des Rites : instruction  » Musicam Sacram  » : se basant sur la Constitution « Sacrosanctum Concilium » sur la liturgie, cette instruction pose des changements d’apparence mineure. La « nouvelle messe » devait « simplifier ». Mais en réalité ce texte introduit des sophismes dans la hiérarchie des parties chantées, un populisme tirant vers l’austérité, et une intellectualisation déconnectée de l’art concret du chantre. Un cocktail troublant dont on sait aujourd’hui où il a conduit, mais qui s’impose, de fait, pour la forme ordinaire du rit romain.
  • 1988 – Conseil permanent de l’Episcopat français –  » Les concerts dans les églises  » : ce document tardif est venu encadrer les concerts dans les églises après une longue période de dérapages… mais encore aujourd’hui ce document est peu voire pas appliqué. On y apprend notamment qu’il n’est pas permis de vendre des tickets à l’entrée d’une église, puisque celle-ci doit toujours rester libre d’accès pour ceux qui veulent y prier… et ce n’est pas tout…
  • 2001 – Jean-Paul II –  » Chirographe pour le Centenaire du motu proprio  » *** : avant ce document, Jean-Paul II n’avait pas particulièrement travaillé la question de la musique sacrée, semblant laisser l’avantage l’expansion de styles pas toujours heureux… Mais par cet écrit il remet bien des choses à leurs places, démontrant, si besoin était, qu’enterrer le motu proprio de St-Pie X était – et est toujours – une erreur.

Compilations thématiques de rubriques issues de différents textes, avec commentaires :

0 Partages